Get Adobe Flash player
Un pauvre crie, le Seigneur entend."Paroles". 2018

 

Dimanche Autrement,18 11 2018

C’était la journée des pauvres et du Secours Catholique.

Thème : « Un pauvre crie, le Seigneur entend »

    À la question « À quelles pauvretés je suis attentif ces jours-ci »

 Vous avez répondu :

-Nous pensons aux retraités qui ont travaillé toute leur vie et qui n’ont pas assez pour vivre décemment parmi eux les agriculteurs et autres travailleurs... Les personnes aux revenus faibles, qui ont du mal à se loger. Certains pauvres cachent leur pauvreté parce qu’ils ont honte. Les chômeurs vivent une situation de précarité. Il y a beaucoup d’autres pauvretés : la pauvreté due à la solitude, au manque d’attention. Les personnes délaissées qui ne pensent pas comme nous. Les pauvretés spirituelles, matérielles, intérieures sont plus difficilement décelables. Vous dites être attentifs (ives) aux pauvres d’esprit, d’amour. Vous témoignez de votre attention aux malades, aux personnes handicapées. Vous faites des dons au Secours Catholique, vous y êtes bénévoles ainsi qu’à Emmaüs, à la table du soir, au Secours Populaire. Couper les cheveux aux SDF ne fait pas peur. Vous constatez votre propre pauvreté pour aller vers l’autre, qui est notre frère en Dieu. Les migrants sont votre souci et votre préoccupation… Ils ont tout laissé, se font avoir par les passeurs. Ils sont de plus en plus nombreux et traversent des étapes très difficiles pour arriver en Europe où, ils trouvent les portes closes.

« Le Pauvre est difficile à identifier », c’est ce que pour percevez.

 

 Le dépliant de la paroisse à qui l’avons-nous transmis ?

- Il a été reçu à cœur ouvert.  Nous l’avons transmis à  une voisine qui l’a bien accueilli.  Oui, je l’ai distribué à un voisin qui n’a pas fait de commentaire. Nous ne l’avons pas donné, mais avons parlé de vive voix, le dépliant c’est rien, mais la communication directe est mieux. Il faut en parler autour de soi. Nous, nous avons mis le dépliant dans la boîte aux lettres, donc pas de contact. Je n’ai pas eu de dépliant… mais ce sera un plaisir de l’avoir pour faire passer les bonnes nouvelles.