Get Adobe Flash player

Prières

Une graine, c'est tout petit...

       Pour grandir, une graine doit être semée.

       Pour grandir, la graine de Dieu qui vit en nous, doit être donnée.

       Alors...

       Sème ton sourire : il illuminera des visages.

       Sème ta douceur : elle apaisera ceux que tu rencontres.

       Sème le grain de l'amitié : il réchauffera des cœurs.

       Sème ta tendresse : elle guérira les blessures.

       Sème des signes d'amour : ils seront bonheur pour ceux qui les accueilleront.

       Sème des paroles de paix : elles éloigneront les nuages de la vie.

       Sème ta prière, sème-la, sème-la encore, elle portera le monde...

Je te salue Marie

MARIE DU OUI,
      pour refuser les non
      et toujours accueillir
      l’Amour qui s'annonce               

MARIE SILENCE,
      silence en graines
      pour éclore en nos terres
      la Parole de Vie.

MARIE LA BELLE,
      belle de Lumière
      pour éclairer
      visages fermés 
      au Soleil de l’Enfant.

MARIE DU TOUS LES JOURS.
      pour égrener
      mille instants de journée
      en grains de chapelet.

MARIE SOURIRE,
      pour vivre en fleurs
      fleurs à cueillir
      pour les passants.

MARIE DES LARMES,
      larmes en rivière
      pour irriguer
      cœurs desséchés.

MARIE LÀ-HAUT,
      la bien placée
      Prie pour moi
      si mal placé.

MARIE MÉMOIRE,
      mémoire fidèle
      souviens-toi de moi
      quand les pieds lourds
      de terre

      j’entrerai dans la VIE.

JE TE SALUE MARIE,
      Marie maman
      Marie que j’aime
      Ainsi soit-il.

      Prière de Michel Quoist

La saveur de l'Évangile

L’Évangile est une sensualité.
L’Évangile est une bouche, une oreille, un nez, des yeux, des mains.
Il affolle les sens et met tout à l'envers.
L’Évangile saisit l’homme par les pieds, plus que la tête […].
Dans l'Évangile, l’invisible passe par le sensible, par un souffle par une haleine, une sueur, une odeur.
Entrer dans l'Évangile c’est voir des cheveux, des bandelettes, une paillasse, Une cruche, un suaire.
C'est admirer les moissons qui blanchissent et entendre une piécette tomber dans le tronc.
C'est croiser un blessé sur la route des marchands, des paysans, des pêcheurs, des bergers.
C'est regarder fleurir un amandier et se dessécher un figuier,
Sentir l'huile, respirer le parfum,
Enfoncer du levain dans une pâte,
Saler un champ, cuire du pain, verser du vin.

                                             Gabriel Ringlet.

Naissance
Seigneur, Tu viens à nous au milieu de nos doutes et de notre quotidien. En cette période de l’Avent, Tu nous parles et nous invites à Te faire une place dans nos habitudes.
Merci de nous offrir Ta lumière. Comme l’enfant posé sur la paille de la crèche, elle nous émerveille.
Confiance
Seigneur, Tu nous as donné Ton amour et la liberté, Tu nous as donné Ta confiance pour nous permettre de grandir et d’agir dans le monde. Merci de nous mettre en chemin et de révéler par Ta lumière les beautés de la création et les talents de tous tes enfants.
Présence
Seigneur, Tu nous confies une flamme, lumière de vie que nous pouvons voir scintiller dans le regard de nos frères et sœurs. Dans cette dignité présente en chacun d’entre nous, nous voyons le signe de Ton Amour. Merci de la présence de Ton Esprit à nos côtés pour ensemble veiller sur cette flamme fragile, signe d’espérance au cœur de notre monde.
Rayonnement
Seigneur, la chaleur et la force de Ton amour sont si intenses que nous ne saurions les garder pour nous. Il est tellement grand qu’il nous dépasse et rayonne.
Merci de Te donner à nous à travers cette lumière venue de Bethléem, par elle nous devenons signe d’Évangile parmi nos frères. Amen

Laisse parler en toi la voix de l’étranger,

Ouvre-lui ton chemin.
Quand tu seras toi-même égaré,
Il t’apprendra son pas.
Laisse jaillir en toi la joie de l’étranger,
Ouvre-lui ta chanson.
Quand tu seras toi-même livré,
Il t’apprendra sa paix.
Laisse grandir en toi la faim de l’étranger,
Ouvre-lui ton repas.
Quand tu seras toi-même brisé,
Il t’apprendra son pain.
Laisse brûler en toi le coeur de l’étranger,
Ouvre-lui ta maison.
Puisque tu es toi-même étranger,
tu connaîtras sa croix.